Nouvel accrochage de printemps au musée : le symbolisme

07 avril 2022
  • Partager

Nouvel accrochage de printemps au musée : le symbolisme

Du 1er mars au 31 mai, le musée des beaux-arts dévoile une nouvelle présentation de ses collections. Venez découvrir ou redécouvrir les œuvres phares du musée, mais également d'autres, plus confidentielles, sorties des réserves pour cette occasion. Aujourd'hui, focus sur le symbolisme pour donner un avant goût du nouvel accrochage !

Nom
Nouvel accrochage de printemps au musée ! #1

Adresse
Musée des Beaux-Arts de Pau, Rue Mathieu Lalanne, Pau, France

Téléphone
05 59 27 33 02

Tarifs
Entrée gratuite - port du masque obligatoire

Adresse email
musee.beauxarts@ville-pau.fr

Horaires
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

A la découverte du symbolisme

Le nouvel accrochage présente différents artistes appartenant au Symbolisme, ou considérés comme proches de ce mouvement.

Né en 1879, circonscrit dans un premier temps à la littérature, celui-ci s'étend rapidement aux arts plastiques et à la musique pour devenir en 1890 le principal mouvement artistique européen. Parmi ses représentants les plus connus citons Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, Charles Baudelaire, Richard Wagner, Odilon Redon, Félicien Rops, Pierre Puvis de Chavanne, Gustave Moreau, Paul Gauguin, ou bien encore les Nabis...

Le Symbolisme s'inscrit comme une révolution à la fois esthétique et philosophique dans une époque, d'une part troublée par la défaite française de 1870 et la répression sanglante de la Commune, d'autre part marquée par l'emprise du progrès et un recul net de la foi. Ses représentants s'opposent à la philosophie positiviste et matérialiste dominante, qui conditionne le développement du monde à l'essor de la science et des techniques, et revendiquent un retour au spirituel. Pour eux, l'idée prime sur les faits et la création repose sur la possibilité d'une vie intérieure. Les Symbolistes cherchent à « vêtir l'idée d'une forme sensible » (Jean Moréas, Manifeste du Symbolisme, Le Figaro,1866), et pour ce faire ont recours au symbole, à la métaphore ou bien encore à l'allégorie.

Mouvement protéiforme, le symbolisme rassemble moins les artistes autour d'une doctrine esthétique que par des thématiques communes : la mythologie, le mystère, le rêve, le flou, l'ésotérisme. Prenant le contre-pied du réalisme et du naturalisme, ses protagonistes cherchent à dépasser le réel pour donner à voir ce qui relève de l'intimité, de l'invisible et de l'intangible : les sentiments, les émotions, l'imagination, le mystère, la folie... Leurs œuvres sont souvent teintées d'une certaine mélancolie et confinent parfois à l'occultisme.

Après trente années de développement, le mouvement s'essouffle au début du XXème siècle pour laisser place aux Avant-Gardes (cubisme, futurisme, fauvisme...) Son empreinte reste cependant durable chez les artistes de la modernité tels que les Picasso ou bien encore les Fauves qui donnent notamment une place centrale à la question de la couleur, dont la fonction n'est plus uniquement de retranscrire le réel, mais de transmettre un rythme ou des émotions...

Hubert Denis Etcheverry, La Naissance de Pégase, huile sur toile, 1897

Le symbolisme en images

5 photos

En savoir plus

Musée des Beaux-Arts : découvrez la richesse de ses collections et la variété de sa programmation
Nouvel accrochage au Musée des Beaux-arts de Pau
Nouvel accrochage de printemps au musée : l'Art déco