La 2ème édition du Prix du Premier Roman est lancée

26 janvier 2022
  • Partager

La 2ème édition du Prix du Premier Roman est lancée

Le réseau des médiathèques renouvelle en 2022 sa proposition de prix littéraire du premier roman pour une 2ème édition lancée à l'occasion des Nuits de la lecture. Inscrivez-vous, lisez les 6 titres en lice, votez pour votre préféré et rencontrez l'auteur lauréat pour la soirée de remise du Prix en décembre 2022. Tout au long de l'année, les médiathèques du réseau vous proposent de participer pour échanger autour de vos lectures dans différents formats de cercle de lecture.

Nom
La 2ème édition du Prix du Premier Roman est lancée : participez aux cercles de lecture en médiathèque !

Adresse
Place Royale, Pau, France

Téléphone
0547051000

Tarifs
Gratuit

Adresse email
mediatheques@agglo-pau.fr

Participer à l’aventure littéraire du prix du premier roman

Fier de son premier succès avec plus de 200 participants, ce jeune prix littéraire a un fonctionnement simple : inscrivez-vous dans la médiathèque de votre choix jusqu’au samedi 26 février 2022, venez retirer et lire un par un les six romans entre le 1er mars et le 31 août, participez si vous le souhaitez à un ou plusieurs rendez-vous d’échange avec les autres lecteurs inscrits, votez pour votre roman préféré soit dans la médiathèque où vous vous êtes inscrit soit par correspondance et enfin venez découvrir en décembre 2022 quel est le roman lauréat et rencontrer son auteur(e).

La sélection 2022 de six premiers romans

Les six romans qui composent la sélection ont été choisis par un collège de bibliothécaires responsables des acquisitions en littérature et surtout lecteurs passionnés. Parmi ces six romans, trois sont catégorisés en littérature noire, deux en littérature blanche et un en littérature policière. Cette sélection est le reflet des publications que traverse le genre du premier roman depuis quelques années puisqu’elle répond à une exigence de style, met en exergue une profondeur qu’elle soit sur le plan des personnages ou de l’écriture. Avec des thèmes aussi variés que l’impact de l’éducation sur la vie adulte, à l’instinct et au flair d’un journaliste sur de mystérieux suicides en passant par la révélation de destinées en plein cœur d’une tempête de neige, cette sélection se veut adaptée au plus grand nombre et chacun pourra se retrouver dans l’un de ces romans. Parfois sensibles, parfois durs voire âpres, ces six romans se sont distingués des autres par l’intensité qu’ils dégagent.

Une sélection homogène, hétéroclite où chacun pourra trouver son compte et découvrir le talent de ces jeunes pépites prometteuses !

Sur la presqu’île de Solak, au nord du cercle polaire arctique, trois hommes cohabitent tant bien que mal. Grizzly est un scientifique idéaliste qui effectue des observations climatologiques ; Roq et Piotr sont deux militaires au passé trouble, en charge de la surveillance du territoire et de son drapeau. Une tension s’installe lorsqu’arrive la recrue, un jeune soldat énigmatique, hélitreuillé juste avant l’hiver arctique et sa grande nuit. Sa présence muette, menaçante, exacerbe la violence latente qui existait au sein du groupe. Quand la nuit polaire tombe pour plusieurs mois, il devient évident qu’un drame va se produire. Qui est véritablement la recrue ? De quel côté frappera la tragédie ? Dans ce premier roman écrit « à l’os », tout entier dans un sentiment de révolte qui en a façonné la langue, Caroline Hinault installe aux confins des territoires de l’imaginaire un huis clos glaçant, dont la tension exprimée à travers le flux de pensée du narrateur innerve les pages jusqu’à son explosion finale.

"Il avait fait de moi la femme que tous auraient voulu avoir. Du moins le disait-il avec fierté, quand je parvenais à me couler dans le moule qu'il avait fabriqué pour moi. Il m'avait appris à m'habiller, à me coiffer, à me maquiller. Il m'avait éduquée. " Quand le roman s'ouvre, Louise, 33 ans, revient dans le village de son enfance pour retrouver sa grand-mère, Toinette, femme du Sud au caractère fort qui l'a élevée à la mort de sa mère. Louise l'a quittée quinze ans plus tôt pour suivre Paul, un peintre plus âgé qu'elle, rencontré un jour d'été dans la boulangerie où elle travaillait. Dès qu'elle l'a vu, elle a su : "Il a suffi d'un rien pour me ravir tout entière". Mais savait-elle que ce ravissement tiendrait moins d'un rêve que d'un rapt ? Car si Louise est revenue c'est pour fuir. L'incendie de leur bastide sur la côte, Paul, dont on comprendra qu'il y a péri, et le souvenir de 15 années d'enfer auprès d'un homme qui sera à la fois son grand amour et son tortionnaire. Dans un récit mêlant le présent de son retour chez elle et le passé de sa mémoire, la narratrice se souvient. Elle dit l'extase des premiers mois à New York avec lui, leur mariage et leur départ dans le Sud de la France. La fascination pour cet artiste reconnu, ce Pygmalion nécessaire pour celle qui ne connut pas son père. Mais aussi rapidement la violence, les remarques et critiques, l'estime de soi brisée, ses jours dédiés à lui. L'isolement, Toinette loin d'elle et ses relations réduites aux amis de Paul, François et Clara, son unique confidente, qui tentera de l'aider parce que Louise lui rappelle sa petite sœur, morte dix ans plus tôt, et que Paul aura été le dernier à voir vivante. Jusqu'à la dernière ligne, Laurence Lieutaud parvient à garder le suspense sur les raisons de l'incendie et la mort de Paul pour nous tenir en haleine dans ce roman haletant terriblement efficace, admirablement mené et écrit, où elle décortique le mécanisme de l'emprise et suit la chute d'une femme, jusqu'à sa libération.

Née en Roumanie, dans une société raciste et meurtrie par la dictature, Nili n’a jamais connu son père, un étudiant congolais disparu après sa naissance. Surmontant au fil des ans sa honte d’être une enfant métisse, Nili décide de fuir à Paris où elle entend, un jour, dans la rue, le nom de son père : Makasi. Ce sera le point de départ d’un long voyage vers Kinshasa, à la recherche de ses racines africaines. Elle y rencontrera l’amour, le combat politique, la guerre civile et la mort. Et en gardera un fils, auquel s’adresse cette vibrante histoire d’exil intérieur, de déracinement et de résurrection. Écrit d’une plume flamboyante, à la fois poétique, intense, épique et musicale, au carrefour des traditions balkaniques et africaines, ce premier roman sur la quête des origines bouleverse par sa profondeur et sa beauté.

Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin. Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d'amour et de passion, de moments de lumière... Il dit sa solitude, immense, la condition humaine. Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C'est surtout un flot ininterrompu d'images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire. 

Un roman noir sur un monde étudiant où l'on vit, où l'on aime et parfois... l'on tue. Simon, étudiant à la fac de Poitiers, entre comme pigiste à L'Écho, le journal local, pour payer ses études. Pendant des mois, il couvre les kermesses et les inaugurations. Jusqu'au jour où le corps d'un jeune homme est découvert dans le Clain, la rivière qui traverse la ville. Simon se lance avec passion dans l'enquête. Il interroge tous les témoins. Chacun y va de sa théorie sur les coupables : un gang de voleurs d'organes ou un tueur en série... Mais Simon découvre que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rites sacrificiels ? Jeux de rôle ou urbsex qui auraient mal tourné ? Les légendes brouillent le réel, Simon ne peut plus démêler le vrai du faux. Et bientôt, on cherche à le faire taire.

Le blizzard fait rage en Alaska. Au cœur de la tempête, un jeune garçon disparaît. Il n'aura fallu que quelques secondes, le temps de refaire ses lacets, pour que Bess lâche la main de l'enfant et le perde de vue. Elle se lance à sa recherche, suivie de près par les rares habitants de ce bout du monde. Une course effrénée contre la mort s'engage alors, où la destinée de chacun, face aux éléments, se dévoile. Avec ce huis clos en pleine nature, Marie Vingtras, d'une écriture incisive, s'attache à l'intimité de ses personnages et, tout en finesse, révèle les tourments de leur âme.

Prix littéraire du premier roman

Le lauréat du Prix du Premier Roman du réseau des médiathèques est maintenant dévoilé !