À la découverte d’un patrimoine méconnu : les habitations à bon marché !

10 août 2021
  • Partager

À la découverte d’un patrimoine méconnu : les habitations à bon marché !

À la découverte d’un patrimoine méconnu : le logement social ! Les habitations à bon marché, ancêtres des HLM.

Nom
Mission ville d'art et d'histoire

Adresse
Usine des Tramways, Pont Lalanne, Pau, France

Téléphone
0564641134

Adresse email
patrimoines@agglo-pau.fr

Un patrimoine commun : le logement social

Un patrimoine commun : le logement social

Depuis le milieu du XIXe siècle, les hygiénistes et philanthropes souhaitent lutter contre les taudis insalubres où habitent les classes laborieuses. Des expérimentations en termes d’habitats salubres sont menées. En 1894 est votée la loi Siegfried créant les Habitations à Bon Marché (HBM), facilitant l’accès à la propriété aux ouvriers grâce à un système avantageux de financement.

Elles sont mises en œuvre à Pau à partir de 1911 grâce à une intervention active de la municipalité.  

Première initiative paloise de logements ouvriers. Cité-jardin de 12 logements à l'avenue des Lauriers. Archives communautaires Pau-Béarn-Pyrénées. 3T44 N295, 1911. Plan, coupe et élévation de logements ouvriers.

Une grande diversité

Par nature sobres et peu onéreuses, les HBM s’avèrent en réalité être d’une grande diversité architecturale à Pau : de l’individuel au collectif, de la simple petite maison ouvrière à la villa de style néo-basque, sans oublier des touches d’Art Déco ! 

Prototype industriel d'habitation ouvrière

Modèle industriel d’Habitation à Bon Marché : “système Morandi”, rue Jacques Terrier. (c) Ville de Pau - Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Sébastien Arnouts, 2021.

Entre sobriété et richesses architecturales

Entre sobriété et richesses architecturales

Les HBM montrent qu’elles s’intègrent parfaitement au paysage urbain et qu’elles sont les témoins des pensées fonctionnalistes de cette période grâce au confort moderne apporté : eau courante, sanitaires, chauffage et jardin. Elles sont aussi le reflet des mouvements architecturaux alors en vogue. Les ferronneries des portes qui concentrent généralement l’ornementation dialoguent avec les courbes arrondies des fenêtres.

Détail d’une poignée de porte d’HBM, rue de Livron. (c) Ville de Pau - Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Sébastien Arnouts, 2021.

Porche d’entrée d’une HBM néo-basque, rue Stanislas-Lavigne. (c) Ville de Pau - Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Sébastien Arnouts, 2021.

Détail d’une fenêtre et de sa ferronnerie, avenue Émile Ginot. (c) Ville de Pau - Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Sébastien Arnouts, 2021.

De la sobriété à la monumentalité

HBM du quartier du Buisson aux dimensions monumentales, avenue Émile Ginot. (c) Ville de Pau - Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel – Sébastien Arnouts, 2021.

On peut retrouver ce type d’initiatives devant répondre à la crise du logement social dans plusieurs points de la ville : avenue des Lauriers, lotissement Stanislas-Lavigne, quartier du 14-juillet, quartier du Buisson ...

La Grande Dépression de 1929 cause à partir de 1931 des problèmes économiques en France et les demandes d’HBM diminuent à Pau de 1933 à 1950. Après la Seconde Guerre mondiale, c’est la période de la Reconstruction où il faut construire vite et moins cher pour répondre à l’augmentation du besoins en logements. Les HBM laissent alors la place aux HLM, habitats à loyers modérés. L’habitat individuel cède progressivement sa place au collectif avec les barres et les tours emblématiques des grands ensembles.